3. Petite Chronologie de l’Art Moderne


 PETITE  CHRONOLOGIE  DE  L’ART MODERNE

   La plupart du temps, chaque artiste navigue et évolue à travers son propre style personnel qui le caractérise, traversant plusieurs courants artistiques suivant l’influence, l’inspiration, et les périodes traversées au cours de son chemin singulier de peintre ou de sculpteur.

   Ce sont les œuvres de quelques artistes qui font l’histoire de l’art et non les critiques et historiens de l’art, néanmoins essentiels pour conserver, étudier, exposer des œuvres d’art.

   Voici les plus grands maîtres du XXe siècle qui naviguent dans les sept principaux courants de l’Art Moderne qui traversent les temps de la révolution industrielle, de la société de consommation, de la société du spectacle marchand, toujours plus prégnante, globale, en ce début de XXIe siècle.

1905-1956 : Henri Matisse, Albert Marquet, Emil Nolde, Max Beckmann, Ernst Ludwig Kirchner, Oskar Kokoschka : Fauvisme, Expressionnisme

1907-1973 : Georges Braque, Pablo Picasso, Fernand Léger, Robert Delaunay, Paul Klee, Gino Sévérini, Marcel Duchamp, Umberto Boccioni : Cubisme, Futurisme

1910-1944 : Wassily Kandinsky, Piet Mondrian, Casimir Malévitch, Vladimir Tatline, Pierre Soulages* : Abstraction

1916-1966 : Jean Arp, Kurt Schwitters : Dada

1913-1989 : Joan Miro, Giorgio de Chirico, Max Ernst, Salvador Dali, René Magritte, Jean Lurçat, Alexandre Calder, Henry Moore : Surréalisme

1941-1997 : Francis Bacon, Alberto Giacometti, Henri Matisse (aux papiers de gouache découpés marouflés), Giorgio Morandi, Dom Robert, Lucio Fontana (aux sculptures de céramique), Eugène Leroy : Postsurréalisme

1955- aujourd’hui : Gérhard Richter*, Giuseppe Pénone*, Sigmar Polke : Néodada

(*: artiste vivant)

                                                                                                                   S.P. 2012-2015

______________________________________________________________

Publié dans ART CONTEMPORAIN, ART MODERNE, Formalisme, Peinture, Sculpture, XXe siècle, XXIe siècle | Laisser un commentaire

2. Art Contemporain


ART  CONTEMPORAIN

   L’art contemporain c’est l’art de notre époque. Il y a à boire et à manger ; ne pas mélanger les torchons et les serviettes. Nous n’avons pas suffisamment de recul pour affirmer ce qu’il restera de meilleurs après un siècle. C’est donc a chacun de cultiver et se forger ses propres goûts. Le temps révèlera les plus grandes œuvres et dégonflera les plus plates.

                                                                                                                          S.P. 2009

_______________________________________________________________

Publié dans ART CONTEMPORAIN, XXIe siècle | Laisser un commentaire

1. Charles Le Brun


 CHARLES  LE  BRUN

Miracle d’un tableau

   Charles Le Brun (Paris, 1619-1690), peintre académique. Tout sauf académique ! Il n’y a qu’à voir son magnifique tableau au musée du Louvre : «L’Adoration des bergers». Un chef-d’œuvre qui annonce le XVIIIe siècle Baroque dans le XVIIe Classique. Jésus est né. Le Brun avec.

   Protégé par le chancelier Pierre Séguier, Charles Le Brun étudie la peinture à Paris, puis à Rome pendant quatre ans (de 1642 à 1645) en compagnie de son maître et ami Nicolas Poussin avant d’être le peintre du Roi Soleil pour diverses et multiples décorations royales, le château de Versailles, le Louvre, Vaux-le-Vicomte, Sceaux, Fontainebleau… Il est l’un des fondateurs de l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1648, sera nommé directeur de la Manufacture royale des Gobelins ; et restera toujours un proche du roi. Mais en 1683, étant écarté de tous projets royaux par le ministre marquis de Louvois, il se consacre exclusivement à la peinture de chevalet avec notamment «L’Adoration des bergers», 1689, Paris, musée du Louvre, où s’exprime pleinement le sommet de son talent dans ce véritable chef-d’œuvre loin à l’opposé de toute académie.

   Si l’on s’approche, si l’on regarde le cartel, si l’on regarde de près, voilà notre étonnement en voyant la date d’achèvement du tableau, 1689, soit un an avant sa mort, 1690. A soixante-dix ans, vieux, démodé, hors circuit, en marge, au rebut ? La réponse est cinglante, avec cette peinture scintillante, vive, chaleureuse qui traverse le temps, moderne à l’époque, moderne aujourd’hui ; révolutionnaire.

   Comprenons-nous qu’il y a rien à comprendre, mais à Voir ! Sainte Marie, le Nouveau-Né, Joseph, l’âne et le bœuf, neuf bergers, des anges joyeux… dans une étable. Miracle d’un tableau qui prouve que Jésus est né. La preuve, il fait partie de la collection royale Louis XIV, grâce à Dieu ! Le Brun, un génie de la peinture ressurgi du XVIIe siècle, parmi Nicolas Poussin, Claude Le Lorrain, Georges de La Tour, les frères Le Nain, Lubin Baugin…

   Contrairement à l’exposition rétrospective de l’américain Jeff Koons qui débarque à Paris au musée du Centre Georges-Pompidou avec ses peintures et sculptures néodadas, offrir un bain d’optimisme académique béat à la France, aux amateurs et professionnels de l’art français enfouis dans un pessimisme et une noirceur ? Mais c’est l’effet inverse, c’est pire. Dommage que ce grand musée national n’ose nous proposer au contraire les meilleurs artistes français aux français et au monde car nous serions surpris d’être aussi vivant. Dommage qu’il n’y ait pas au lieu d’une soupe «mondiale» un vrai projet, une vraie programmation de grandes expositions géo-culturelles, en commençant par la France, s’élargissant aux pays d’Europe, s’évadant en Asie, explorant l’Afrique, découvrant l’Amérique, rencontrant l’Océanie. Et pourquoi pas monter plutôt une rétrospective de Charles Le Brun au Centre Pompidou, comme un clin-d’œil au geste de Marcel Duchamp en 1914 avec son «Porte-Bouteilles» choisi au magasin du BHV (Bazar de l’Hôtel-de-Ville) de Paris, puis exposé tel-quel. Une inversion du monde aurait lieu ; sous nos yeux.

                                                                                 Stéphane Pujol, 28 décembre 2014, Albi

Expositions :

Charles Le Brun, «L’Adoration des bergers» , 1689, tableau (en lien ici) au musée du Louvre, Paris, collection permanente· ♥♥♥

– «Marcel Duchamp, «Porte-Bouteilles», 1914, sculpture (en lien ici) au musée du Centre-Pompidou, Paris, collection permanente· «La peinture même», exposition (en lien ici) du 24 septembre au 5 janvier 2015·

– «Jeff Koons – La rétrospective», exposition (en lien ici) au musée du Centre-Pompidou, Paris, du 26 novembre au 17 avril 2015·

– «Modernités plurielles de 1905 à 1970», (en lien ici) accrochage de la collection permanente du musée du Centre-Pompidou, Paris, du 23 octobre au 26 janvier 2015·

Légende : flop, j’aime, ♥♥ beaucoup, ♥♥♥ magnifique

______________________________________________________________

© 2014-2015 Stéphane Pujol.


Publié dans ART CONTEMPORAIN, ART MODERNE, Baroque, Classicisme, Peinture, peinture française, RENAISSANCE, XVIIe siècle, XXe siècle, XXIe siècle | Laisser un commentaire